Le Militant (logo)  

Année 79, no 34      le 28 septembre 2015

 
Manifestation au Québec le 11 octobre
pour exiger la sécurité ferroviaire

Opposons-nous au coup monté contre les cheminots pour le désastre de 2013
 
JOHN STEELE
MONTREAL — « La plupart des gens à Lac-Mégantic pensent que Tom Harding et Richard Labrie ne sont que des boucs émissaires, » a dit au Militant André Blais, un dirigeant de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire, dans un entretien téléphonique le 14 septembre.

Tom Harding et Richard Labrie sont victimes d’un coup monté du gouvernement. Ils sont accusés dans le cadre du déraillement et de l’explosion d’un train transportant du pétrole qui a tué 47 personnes à Lac-Mégantic au Québec, le 6 juillet 2013.

« Les vrais coupables sont Transports Canada et les patrons de la Montreal, Maine and Atlantic Railway, a dit André Blais. Le chemin de fer a réduit le personnel et les travaux d’entretien. La compagnie a fait rouler des trains avec un équipage d’une seule personne et Transports Canada n’a jamais rien fait. »

Le soutien aux cheminots est étroitement lié à un mouvement grandissant sur place pour contraindre les patrons des chemins de fer à exploiter les trains en toute sécurité.

Aux premières heures du matin du 6 juillet 2013, un train sans équipage de 72 wagons-citernes contenant du pétrole de la Montreal, Maine and Atlantic Railway, mise en faillite depuis, a dévalé une pente à toute allure, a déraillé, explosé et brûlé dans le centre-ville de Lac-Mégantic. Le train était rempli de pétrole brut provenant des champs de pétrole de schiste Bakken au Dakota du Nord et avait pour destination la raffinerie d’Irving Oil à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. Le centre-ville a été réduit en ruines fumantes et des millions de litres de pétrole brut toxique se sont déversés dans le sol, le lac et la rivière Chaudière.

Transports Canada avait octroyé à la MMA, comme mesure visant à réduire ses frais, une dispense lui permettant de faire rouler ses trains de pétrole avec un équipage d’une seule personne.

Tom Harding, Richard Labrie et Jean Demaître, un petit cadre de la Montreal, Maine and Atlantic, risquent des peines de prison à perpétuité sous 47 chefs d’accusation de négligence criminelle ayant entraîné la mort.

Une interdiction temporaire du gouvernement du transport de pétrole brut à travers Lac-Mégantic expire en janvier 2016. Le groupe US de fonds spéculatifs Fortress Investment Group a racheté la compagnie ferroviaire en faillite et mis en place la Central Maine and Quebec Railway, espérant tirer profit de la reprise du transport de pétrole.

Pour l’instant, le brut de Bakken destiné à la raffinerie Irving Oil, la plus grande au Canada, est transporté par train jusqu’à Albany dans l’État de New York, puis chargé sur des bateaux-citernes qui descendent la rivière Hudson à travers le port de la ville de New York et puis remontent la côte Atlantique.

« Notre objectif initial était de récolter 2 500 signatures d’ici octobre sur une pétition demandant une injonction pour empêcher la Central Maine and Quebec Railway d’expédier des marchandises dangereuses et pour exiger qu’elle répare les voies ferrées dangereuses qui traversent Lac-Mégantic, » a dit André Lachapelle, dirigeant du Comité Sécu-Rail, région de Lac-Mégantic, dans un entretien téléphonique. « Nous avons eu 2 500 signatures en quinze jours. Quatre-vingt-dix pour cent de ceux que nous avons approchés ont signé la pétition. Nous allons présenter la pétition au conseil municipal le 21 septembre et nous organisons une manifestation le 11 octobre. »

Gênés par le soutien très répandu à Tom Harding et Richard Labrie à Lac-Mégantic — où de nombreuses personnes sont convaincues que Tom Harding est un héros qui a risqué sa vie pour empêcher neuf wagons-citernes de pétrole supplémentaires d’exploser lorsque le brasier faisait rage — les procureurs du Québec manoeuvrent pour déplacer le procès avec jury hors de la région. La prochaine date d’audience est le 1er décembre.

« Nous ne savons toujours pas sur quoi reposent les accusations, » a dit au Militant Thomas Walsh, l’avocat de Tom Harding.

Tom Harding et Richard Labrie ont le soutien de leur syndicat, les Métallos, qui a organisé une souscription pour leur défense et a déjà recueilli 206 000 $ canadiens (138 500 ) ; de la Conférence du rail des Teamsters, la principale organisation syndicale ferroviaire au Canada ; de la Division des transports du syndicat SMART, qui organise les cheminots aux États-Unis ; et de la Division de la Fraternité des conducteurs de locomotives et autres cheminots du syndicat des Teamsters.

Les barons du rail canadiens se sont unis pour rendre Tom Harding responsable du désastre. « Le fait est qu’il s’agit d’une défaillance d’un seul individu, » a accusé Edward Burkhardt, l’ancien président de la Montreal, Maine and Atlantic Railway. La catastrophe s’est produite « à cause du comportement d’une personne, » a déclaré Hunter Harrison, le PDG de la compagnie de chemin de fer Canadien Pacifique au Globe and Mail de Toronto.

Les chemins de fer sont vitaux pour les patrons de la région
La ligne de chemin de fer qui traverse Lac-Mégantic est essentielle pour les propriétaires de Tafisa Canada Inc., la plus grande usine de panneaux de particules de bois en Amérique du Nord, qui est située sur une colline qui surplombe Lac-Mégantic. Tafisa emploie 350 travailleurs, membres du Syndicat canadien des travailleurs de l’énergie et du papier. La Central Maine and Quebec Railway dessert également des dizaines de scieries de la région et des centres de production de pâte et papier situés juste de l’autre côté de la frontière dans l’État du Maine.

« Une femme a dit à notre table de pétition dans la rue qu’elle aurait signé mais que son mari lui a déconseillé de le faire parce que son employeur Tafisa a clairement fait savoir que ses employés ne devaient pas signer, » a dit André Blais.

La Central Maine and Quebec est vitale pour 50 entreprises des de la région des Cantons de l’Est au Québec qui emploient 4 200 personnes. Mais les gros profits sont dans le pétrole. C’est ce qui est derrière les efforts de la Central Maine pour redémarrer les expéditions de trains de pétrole.

Le Comité de citoyens a fait campagne pour dénoncer l’état de la voie ferrée. André Blais et André Lachapelle ont donné au Militant un dossier de photos montrant des traverses pourries, des crampons cassés et d’autres exemples explicites de l’état dangereux de la voie ferrée.

Attaquant le travail efficace du Comité, le président de la Central Maine and Quebec Railway John Giles a publié le 12 août une « lettre ouverte, » disant que « des individus bien intentionnés mais mal avisés » font la promotion de « mythes ». « Rien n’est prévu pour recommencer le transport de pétrole brut à travers la ville de Lac-Mégantic à l’heure actuelle, a affirmé Giles. Mais, a-t-il ajouté, les choses changent tout le temps. »

La manifestation du 11 octobre commencera à 13h au Centre sportif de Lac-Mégantic, où les victimes de la catastrophe ont été amenées après le déraillement et l’incendie. L’audience du tribunal le 1er décembre aura lieu à la Cour provinciale dans le même bâtiment.

Participez à la campagne de défense !
Les dons pour la défense légale de Tom Harding et Richard Labrie peuvent être envoyés en dollars canadiens à www.justice4USWrailworkers.org ou ccauchy@metallos.ca et en dollars US à www.tomhardingdefensefund.com. Les messages de solidarité peuvent être envoyés à leur syndicat, section locale 1976, 2360, Ave de La Salle, Montréal, H1V 2L1. Courriel : info@1976usw.ca.

❖  ❖  ❖

Abonnement d’essai : 12 semaines pour 7 $ CAN

Pour vous abonner, envoyez un chèque au nom du Militant ou contactez-nous :

7107, rue St-Denis, suite 204, Montréal, H2S 2S5 ✆ 514-272-5840 cllc_can@bellnet.ca

ou consultez la liste de distributeurs dans le Militant (www.themilitant.com)  
 
 
Front page (for this issue) | Home | Text-version home